Infornography #1 : Microsoft, cybercafés et Red Velvet

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #JEUX VIDEO : Microsoft a un problème avec la Xbox One. Comparé à la PS4, son parc de jeux exclusifs est ridicule. Pour changer la donne, l’entreprise envisagerait des acquisitions, par exemple celle d’Electronic Arts, écrit Polygon 🇬🇧.
  • #COREE DU NORD : le régime de Kim Jong-un a annulé un événement culturel conjoint avec son voisin du sud prévu le 4 février au mont Kumgang. Alors que la manifestation culturelle devait témoigner des efforts des deux pays pour améliorer leurs relations à l’approche des JO d’hiver de Pyeongchang, la Corée du Nord dit n’avoir pas apprécié la couverture de cette initiative par les médias sud-coréens, rapporte l’agence Yonhap 🇫🇷 (en anglais).
  • #JAPON : 3000 personnes dorment dans des cybercafés de la ville de Tokyo ouverts 24 heures sur 24 à défaut d’avoir un logement stable, selon une étude du gouvernement de Tokyo. Elles sont appelées les « réfugiés des cybercafés », écrit le Japan Times 🇬🇧.
  • #K-POP : soirée catastrophe samedi soir à la Wembley Arena à Londres, où les quelques 300 fans de Monsta X à avoir fait le déplacement pour un concert ont eu bien du mal à remplir la salle. Le fail ne s’est pas arrêté là, car des fans affirment que les organisateurs étaient prêts à leur donner l’adresse de l’hôtel des artistes, rapporte Asian Junkie 🇬🇧.

  • #K-POP : le nouveau clip des Red Velvet, Bad Boy, chanson tirée du repackage de l’album Perfect Velvet, intitulé The Perfect Red Velvet, a été mis en ligne sur YouTube par SM Entertainment 🇰🇷.

Le Japon veut exécuter les 13 condamnés à mort de la secte Aum

Le Japon pourrait bientôt refermer le chapitre Aum Shinrikyo, la secte au gourou presque aveugle qui a semé la terreur dans l’archipel.

Plus rien ne s’oppose à l’exécution des 13 membres de la secte japonaise Aum Shinrikyo (Aum Vérité Suprême en français) condamnés à mort pour les crimes commis entre la fin des années 1980 et le 20 mars 1995, date de l’attentat au gaz sarin du métro de Tokyo.

  • L’actualité : plus de 20 ans après l’attentat du métro, qui a fait 13 morts et choqué l’archipel, les membres éminents de la secte Aum Shinrikyo condamnés à mort, dont son gourou et fondateur Shoko Asahara, de son vrai nom Chizuo Matsumoto, n’ont toujours pas été exécutés. Cela s’explique notamment par l’arrestation en 2012 de trois membres en fuite. L’agence Kyodo notait il y a deux semaines qu’il est commun au Japon de retarder les exécutions si un complice est toujours devant la justice. Lors du procès de l’un des fugitifs, Makoto Hirata, des condamnés à mort ont d’ailleurs été appelés à témoigner. Le vendredi 19 janvier 2018, la Cour suprême a confirmé la peine de prison à vie de Katsuya Takahashi, arrêté en juin 2012, éliminant ainsi le dernier obstacle à la mise en application des condamnations à mort.
  • La suite : une source au ministère de la Justice a confié à l’agence Kyodo les « deux options » envisageables : exécuter les 13 condamnés à mort le même jour, ou Shoko Asahara en premier, et les autres plus tard. « Nous ne pouvons pas laisser quelqu’un qui a commis des crimes si odieux mourir de maladie », a ajouté un officiel haut-placé au ministère. Déjà, en juillet 2013, une source de même rang au ministère déclarait à l’Asahi Shimbun que « le public ne soutiendrait pas la non-application de la condamnation à mort » du gourou.
  • Les conséquences : les membres d’Aum Shinrikyo n’ont jamais pratiqué le suicide collectif et ont cessé de s’en prendre au monde extérieur, mais les autorités gardent en tête le risque d’une réaction à l’exécution de Shoko Asahara. « Nous devons nous préparer à toutes sortes d’incidents, tels que des actes terroristes de type loup solitaire ou des suicides », ont glissé des sources au ministère de la Justice, rapportait le Japan Times cette semaine. Aleph, le groupe qui a succédé à Aum Shinrikyo, révère toujours le gourou, et impose à ses membres de marcher des heures près de sa prison dans le cadre de leur entraînement spirituel.
  • Aller plus loin : Religious Violence in Contemporary Japan : The Case of Aum Shinrikyo, de Ian Reader (University of Hawai’i Press, 2000), est le meilleur livre sur Aum Shinrikyo. Moins long et en français, cette émission présentée par un certain Jacques Pradel et diffusée en décembre 2015 sur RTL est une bonne introduction.

Angerme en concert à La Cigale le 3 juin 2018

Après la venue de Juice=Juice l’an dernier, c’est au tour d’un autre groupe du Hello! Project de se produire en France.

Le groupe d’idols japonaises Angerme sera en concert à La Cigale le dimanche 3 juin 2018. La nouvelle a d’abord été relayée dimanche en fin de matinée sur Twitter par les fans français après avoir été annoncée lors d’un événement du Hello! Project, dont fait partie Angerme, avant d’être confirmée officiellement dans la journée.

Merci à tartiflette77 et Maroussia sur Twitter pour les informations.

  • Ce qu’il faut savoir : les places seront mises en vente le mercredi 31 janvier 2018 à 20 heures sur le site Weezevent. Ni le prix, ni les éventuels bonus ne sont connus. Le concert est organisé par 33 Degrees, qui avait fait venir en septembre 2016 à La Boule Noire un autre groupe d’idols du Hello! Project, Juice=Juice. J’y étais.

https://twitter.com/angerme_upfront/status/957612009507274754

  • Le message : 33 Degrees a publié dimanche sur Facebook une vidéo enregistrée par les membres du groupe à l’attention des fans français. Ayaka Wada y porte une tour Eiffel miniature et explique qu’elle et ses collègues sont très heureuses de venir en France.

ANGERME official video message

ANGERME has a message for you !Join the event here : https://www.facebook.com/events/835245940011055/

Publié par 33 Degrees sur dimanche 28 Janvier 2018

  • Les chansons : Le dernier single du groupe, Manner Mode / Regularly Beautiful / You’re Not Alone…friends (Manner Mode / Kisokutadashiku Utsukushiku / Kimi Dake ja nai sa…friends en japonais), a fait l’objet d’une édition en DVD et Blu-ray, sortie le 13 décembre 2017. Ecoutez les trois extraits publiés sur YouTube.

  • En bonus : Ma chanson préférée du groupe, One by One, One After Another (Tsugitsugi Zokuzoku en japonais), sortie en avril 2016.

  • Mes deux centimes : le concert de Juice=Juice était un très bon moment, il n’y a pas de raison que ce soit différent avec Angerme. J’y serai.

Bonne année à toutes et à tous et surtout aux Keyakizaka46

Avant d’être emporté demain matin par les rafales de vent à 110 km/h, je voulais vous souhaiter une bonne année 2018, vous qui venez sur ce blog au rythme de publication pourtant notoirement irrégulier ! Quels sont vos souhaits pour les mois à venir ? Si je m’en tiens aux passions dont je vous entretiens sur ce blog, un espoir se détache : celui d’une révolte des idols contre leur management et contre l’industrie qui les ruine. Aussi bien au Japon qu’en Corée du Sud, l’année 2017 a été un crescendo vers le pire. Des artistes féminines de premier plan ont jeté l’éponge pour protéger leur santé physique et mentale, d’autres ont été virées de leur groupe pour avoir affiché leur vie sentimentale, quand elles n’ont pas été humiliées pour n’avoir pas perdu assez de poids. Le genre de nouvelles malheureusement pas si rares qui restent inconnues des non-initiés. Le 18 décembre, l’annonce du suicide de Jonghyun du groupe sud-coréen SHINee, de son vrai nom Kim ­Jong-hyun, a elle créé une onde de choc ressentie bien au-delà du cercle des amateurs de culture asiatique. A 27 ans, l’artiste s’est suicidé en faisant chauffer du charbon dans une poêle pour s’intoxiquer, après avoir écrit dans une note qu’il se sentait « brisé de l’intérieur ». Sale année.

Tout cela n’était cependant pas assez pour enrayer la mécanique des shows musicaux télévisés de fin d’année. En Corée du Sud, les artistes phares de la KPOP se sont succédé lors du SBS Gayo Daejeon puis du MBC Gayo Daejejeon, des programmes diffusés par les chaînes à trois lettres du même nom. Au Japon, la NHK a diffusé son indéboulonnable Kōhaku Uta Gassen, la 68e édition, rien que ça. J’étais devant le show de MBC, mais j’ai vite eu vent de deux choses, une bonne et une mauvaise. La bonne, c’était le nouveau coup d’éclat des Perfume, qui ont interprété Tokyo Girl sur le toit d’un gratte-ciel du quartier tokyoïte de Shibuya. La mauvaise, c’était l’épuisement en direct de plusieurs membres des Keyakizaka46, un groupe issu de la tristement célèbre galaxie AKB. Les faits tels qu’ils sont désormais connus sont les suivants : trois membres du groupe ont été prises d’hyperventilation à l’issue de leur interprétation du morceau Fukyouwaon, dont une s’est évanouie sous l’oeil des caméras, une brève séquence vue des centaines de milliers de fois sur YouTube. Contrairement aux premières informations diffusées par les médias japonais, aucune n’a été emmenée à l’hôpital, l’intervention d’un médecin sur place ayant suffi.

La chorégraphie de la chanson est intense, et les filles l’ont interprétée une fois et demi, comme le montre la vidéo de l’intégralité de leur apparition. Les photos prises dans les secondes qui ont suivi, comme celle choisie pour illustrer cet article, font peine à voir. Si l’ensemble du groupe, y compris les trois membres indisposées, a posé plus tard pour une photo publiée sur le compte Twitter officiel, des internautes se sont montrés inquiets et ont souhaité que le management permette aux filles de se reposer. Après le show de la NHK, elles n’étaient cependant pas encore libérées de leurs obligations, car une performance au Count Down TV Premier Live de la chaîne TBS les attendait. Et il n’est pas dit qu’elles soufflent dans les semaines à venir car trois dates ont été annoncées lundi pour la fin du mois au Nippon Budokan, les 30 et 31 janvier ainsi que le 1er février. Si vous avez traîné les pieds pour retourner au boulot, dites-vous que vous pourriez être à la place de ces filles, dont certaines ne sont pas même majeures. Dur.

Je sais, c’est un peu rude pour commencer l’année. Espérons que les mois à venir nous offriront plus de raisons de se réjouir que de s’arracher les cheveux. Au rayon des bonnes choses, si vous êtes insomniaques et que vous aimez la poudreuse, les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang ouvriront leurs portes le 9 février prochain, un événement à suivre à partir de 1 heure du matin sur France Télévisions, comme l’a annoncé récemment un spot décalé. Lors de son message de Nouvel an, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a laissé entendre que son pays pourrait envoyer une délégation chez son voisin du sud. Si un certain Donald Trump se tient tranquille d’ici-là, tout est possible. En attendant, je vous le redis : bonne année, bonne santé, et faites s’il-vous-plaît que je me motive à écrire des articles plus de trois mois par an. Merci d’avance !

https://www.youtube.com/watch?v=kFDYTpgvtd8

Changement de génération

En septembre 2014, Jessica a quitté les Girls’ Generation avec pertes et fracas, accusant SM Entertainment et même les autres membres du groupe de ne pas lui avoir laissé le choix. Quand on est 9, perdre une personne n’est pas la fin du monde, les reines de la KPOP ont donc appris à mener la barque à 8 malgré la déception des fans et ont sorti deux albums dont le dernier en date, Holiday Night, célébrait en août dernier une décennie d’activité. Il se murmurait tout de même que les SNSD étaient plus proches de la fin que du début, une impression confirmée aujourd’hui par de froides informations contractuelles révélées par les médias coréens.

D’après l’agence de presse Yonhap, informée par des sources dans l’industrie musicale, Tiffany, Sooyoung et Seohyun ont décidé de ne pas renouveler leur contrat avec SM Entertainment. Les autres, c’est-à-dire Sunny, Yuri, Yoona, Hyoyeon et Taeyeon, sont reparties pour un tour. Dans un communiqué, l’agence jure ses grands dieux qu’elle ne songe pas à dissoudre le groupe et assure qu’elle prendra une décision réfléchie après avoir pris le temps de discuter avec les filles. A moins d’une renaissance inattendue sous la forme d’un quintet, la fin semble cependant être arrivée pour les Girls’ Generation, et les contours des activités futures des cinq membres encore à bord restent à dessiner, du moins en tant que membres du groupe.

Du côté des partantes, Tiffany l’Américaine va aller étudier aux Etats-Unis, tandis que Sooyoung et Seohyun vont se concentrer sur la comédie. La nouvelle n’a pas manqué de rappeler des souvenirs émus aux fans de KPOP, dont je fais partie, pour qui les Girls’ Generation ont fait office d’introduction au genre. En ce qui me concerne, j’ai découvert les filles sur YouTube grâce à leurs clips colorés, en particulier ceux de l’imparable Gee et de Genie, qui reste ma chanson préférée du groupe. Leurs singles pré-2011 sont pour moi les meilleurs, même si de bons morceaux comme I got a boy ont suivi, sans compter les très dynamiques morceaux japonais comme Flower Power ou Galaxy Supernova. Les années passant, alors que je surveillais de plus en plus assidûment les sorties KPOP, d’autres groupes ont logiquement accaparé mon attention comme f(x), Orange Caramel, Girl’s Day, Red Velvet, Twice… ce qui ne m’empêchait pas de garder un oeil sur les nouvelles sorties des SNSD, sans doute aidé par ma passion toujours intacte pour Sunny, mais c’est autre chose. Mon véritable regret est de n’avoir pu les voir en concert, car si les fameux pink ocean sont jolis en vidéo, c’est sans doute une tout autre expérience à vivre dans la salle.

Seul l’éventualité de concerts d’adieux pas trop lointains offre de quoi nuancer cette affirmation, mais l’espoir est mince. Au moins deux ex-membres pourraient avoir signé avec leur nouvelle agence, ce qui promet une nouvelle série de négociations à l’ombre des projecteurs. Quoi qu’il arrive, nul doute que les fans garderont les filles dans leur coeur et les encourageront quoi qu’elles fassent, notamment en solo. Quant à la nouvelle génération, pas de problème, elle est en place. Ce lundi, on est juste un peu TT.

La leader de BiS punie à cause de son poids

Si vous pensiez naïvement que seuls les mastodontes de l’univers idol comme la galaxie AKB étaient des nids à horreurs, détrompez-vous. Le traitement des idols dites alternatives n’est semble-t-il pas meilleur. La leader de BiS, groupe de filles à qui l’on doit des morceaux complètement dingues comme STUPiG, a récemment été suspendue temporairement pour avoir échoué à un défi de perte de poids. Le manager du groupe, Junnosuke Watanabe, avait décidé que sa fondatrice et leader, Pour Lui, 27 ans et 51,5 kilogrammes au compteur, devait atteindre un poids de 42 kilogrammes à l’issue d’un programme de cinq mois supervisé par des professionnels. Intitulé DiET or DiE, il devait bien sûr être suivi en parallèle des autres activités du groupe, qui a sorti le single SOCiALiSM le 31 mai dernier. Le dernier jour, Pour Lui pesait 44,6 kilogrammes, ce qui n’a pas satisfait le Dieu manager qui l’a punie en l’écartant temporairement du groupe à la veille de la tournée HELL!! CLASH!! BREAK!! TOUR.

https://www.youtube.com/watch?v=VF-peWHaR8Y

Le DiET or DiE était documenté en vidéo sur le compte YouTube officiel du groupe, c’est donc logiquement devant une caméra que Pour Lui a appris la sentence. La fin de la vidéo, mise en ligne samedi, la montre assise par terre en train de sangloter, le visage cachée dans ses cheveux. Une humiliation publique qui rappelle le triste épisode de la vidéo de Minami Minegishi des AKB48, le crane rasé et des larmes dans la voix, mise en ligne avec cynisme sur le compte YouTube officiel du groupe avant d’être supprimée. Son crime? Avoir rompu la clause sans fondement qui l’interdit d’avoir une vie amoureuse. C’était en 2013, mais la torture des idols a la vie dure. Seule consolation aujourd’hui, la vidéo a gêné les fans de BiS, qui ont été à ce jour moins d’une centaine à cliquer mollement sur le pouce en haut, et près de 950 à s’en prendre au pauvre pouce en bas qui n’avait rien demandé.

Un tel comportement de la part de Junnosuke Watanabe n’est pas une surprise. En janvier dernier, le manager avait annoncé qu’il comptait faire subir différentes épreuves aux membres du groupe pendant leur tournée Re:STUPiD : les faire dormir dans une voiture, ne les nourrir que de riz et… leur faire courir un marathon de 100 kilomètres. BiS ayant une image moins lisse que les groupes d’idols traditionnels, il serait facile de ne voir dans de telles annonces que de l’image, un moyen de faire parler comme de se donner des airs décalés. Sauf que, si Junnosuke Watanabe se sent le droit de torturer une femme adulte car ses 51 kilogrammes ne lui plaisent pas avant de la punir pour n’avoir pas atteint ses objectifs irréalisables, alors nous avons clairement un problème.

Le manager n’étant pas aveugle, il a remarqué que tout cela faisait parler et a réagi dans un tweet où il explique avoir donné du temps à Pour Lui, et où il compare son échec à réussir le défi au fait de ne pas tenir une promesse, selon la traduction d’Arama Japan. Pour ajouter de l’eau au moulin, il a annoncé mardi sur le site de BiS que de nouvelles auditions étaient prévues, indiquant dans son annonce qu’il était important de préciser son poids en envoyant sa candidature. Ne connaissant pas bien le sujet, je ne veux pas m’avancer mais cela me semble le plus sûr moyen de faire naître des troubles alimentaires chez les filles comme chez les fans. Si j’avais un conseil à donner aux BiS, ce serait le suivant : virez votre manager et menez vos propres auditions. Ca n’arrivera pas, mais y penser me réjouit un peu après avoir parlé de cette triste histoire.

Newer Posts
Older Posts