Le groupe de K-pop Laysha filmé à son insu

Les membres du groupe sont elles aussi victimes du fléau « molka ».
  • La mise à jour. Qui a filmé les Laysha ? Les internautes coréens, les netizens, ont débusqué sur le net les épisodes d’une série de télé-réalité à laquelle ont participé les membres du groupe. Le concept ? Les caméras cachées. Comme certaines images tirées de cette série sont les mêmes que celles mises en avant par Som et Goeun dans leurs posts, désormais supprimés, certains ont conclu que cette affaire n’était qu’une mascarade. Goeun vient de répondre sur Instagram que les filles ne savaient pas que des plans douteux seraient utilisés, et qu’il ne s’agit pas d’un faux scandale pour faire parler de soi. Il y a trois possibilité : soit elles n’étaient pas au courant, soit elles étaient au courant mais ne savaient rien des caméras dans les vestiaires, soit des séquences qui n’auraient pas dû être diffusées l’ont été. Quel que soit le fin mot de l’histoire, Goeun tient à ne pas charger son agence. Au vu des théories évoquées plus haut, elle semble pourtant au moins coupable de négligence.
  • L’actualité. Goeun, membre du groupe de K-pop féminin Laysha, connu pour son morceau Chocolate Cream et ses danses sexy, a publié aujourd’hui un post inquiétant sur Instagram. Elle y explique avoir découvert sur Internet des images d’elle et de ses collègues du groupe, filmées sans permission dans leur dortoir mais aussi dans son propre logement. Elle ajoute être prête à porter l’affaire en justice, et précise que son agence n’est pas impliquée, malgré les suppositions des fans. Le post a depuis disparu, mais une autre membre, Som, a publié un post similaire qui est toujours en ligne.
  • Le background. Si vous suivez l’actualité sud-coréenne, la nouvelle ne devrait malheureusement pas vous surprendre. Les caméras cachées sont en effet un fléau qui a poussé ces derniers mois des milliers de femmes dans la rue, avec un message clair : « My life is not your porn », soit « ma vie n’est pas ton petit porno ». Elles en ont marre d’être espionnées chez elles, au bureau ou ailleurs, par des hommes qui vont ensuite diffuser en ligne ces images de « molka », du nom de ce genre de pornographie illégale. Le mot est d’ailleurs compris dans les posts de Som et Goeun, sous la forme d’un hashtag. En attendant d’en savoir plus sur l’affaire Laysha, envoyez vos pensées positives aux Sud-Coréennes qui se battent avec courage contre ce scandale. Les fans du groupe témoignent déjà leur soutien aux filles en twittant le hashtag #ProtectLAYSHA.