Infornography #2 : ambassadeur, harcèlement et Tepco

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #COREE DU SUD. L’homme qui devait être nommé par la Maison Blanche ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud ne le sera finalement pas. Victor D. Cha, ancien membre de l’administration de George W. Bush, avait participé aux pourparlers à six consécutifs au retrait de la Corée du Nord du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. L’abandon de sa nomination, pourtant validée par la Corée du Sud, pourrait s’expliquer par les doutes émis par l’intéressé sur la politique nord-coréenne de l’administration de Donald Trump, révèle le Washington Post 🇬🇧.

    L’information est reprise par les médias sud-coréens, tweete la correspondante du Washington Post au Japon Anna Fifield 🇬🇧.

  • #COREE DU SUD. #MeToo, en Asie aussi ? Une femme procureur général a témoigné lundi sur la chaîne JTBC du harcèlement subi en 2010 lors d’un enterrement de la part d’Ahn Tae-geun, un ex-officiel du ministère de la Justice. Seo Ji-hyun raconte que celui-ci l’a touchée alors qu’il était saoul sous les yeux du ministre de la Justice et d’autres officiels, qui n’ont pas réagi. A la suite de son témoignage, le ministère de la Justice a annoncé une enquête et plusieurs partis politiques lui ont apporté leur soutien, écrit le Korea Herald 🇬🇧.

  • #JAPON. En août 2002, la société qui exploite la centrale nucléaire de Fukushima, TEPCO, a dit non à une proposition de simulation visant à déterminer les conséquences d’un énorme tsunami frappant une centrale, neuf ans avant la catastrophe du mois de mars 2011. L’information a été révélée mardi dans le cadre d’un procès intenté par des déplacés. L’homme qui a fourni le témoignage, un ex-officiel de l’ancêtre de l’actuelle Autorité de régulation nucléaire, note cependant que le refus de TEPCO n’était pas déraisonnable compte tenu des informations alors disponibles sur le risque qu’une telle catastrophe se produise, précise le Japan Times 🇬🇧.
  • #J-POP. Si vous n’y connaissez rien aux monnaies virtuelles, les Kasotsuka Shojo (Virtual Currency Girls en anglais) peuvent vous aider à vous y retrouver. Chacune des membres de ce nouveau groupe de J-POP représente l’une de ces monnaies, comme le bitcoin ou la MonaCoin, rapportent la BBC 🇬🇧 et l’agence AFP 🇫🇷.

  • #JAPON. Des morceaux de piano de compositeurs classiques ainsi que des morceaux de musique d’ambiance sont diffusés sur la ligne Hibiya du métro de Tokyo dans le cadre d’un test qui pourrait être élargi si l’initiative est bien accueillie par le public, rapporte le Japan Times 🇬🇧.