Avant d’être emporté demain matin par les rafales de vent à 110 km/h, je voulais vous souhaiter une bonne année 2018, vous qui venez sur ce blog au rythme de publication pourtant notoirement irrégulier ! Quels sont vos souhaits pour les mois à venir ? Si je m’en tiens aux passions dont je vous entretiens sur ce blog, un espoir se détache : celui d’une révolte des idols contre leur management et contre l’industrie qui les ruine. Aussi bien au Japon qu’en Corée du Sud, l’année 2017 a été un crescendo vers le pire. Des artistes féminines de premier plan ont jeté l’éponge pour protéger leur santé physique et mentale, d’autres ont été virées de leur groupe pour avoir affiché leur vie sentimentale, quand elles n’ont pas été humiliées pour n’avoir pas perdu assez de poids. Le genre de nouvelles malheureusement pas si rares qui restent inconnues des non-initiés. Le 18 décembre, l’annonce du suicide de Jonghyun du groupe sud-coréen SHINee, de son vrai nom Kim ­Jong-hyun, a elle créé une onde de choc ressentie bien au-delà du cercle des amateurs de culture asiatique. A 27 ans, l’artiste s’est suicidé en faisant chauffer du charbon dans une poêle pour s’intoxiquer, après avoir écrit dans une note qu’il se sentait « brisé de l’intérieur ». Sale année.

Tout cela n’était cependant pas assez pour enrayer la mécanique des shows musicaux télévisés de fin d’année. En Corée du Sud, les artistes phares de la KPOP se sont succédé lors du SBS Gayo Daejeon puis du MBC Gayo Daejejeon, des programmes diffusés par les chaînes à trois lettres du même nom. Au Japon, la NHK a diffusé son indéboulonnable Kōhaku Uta Gassen, la 68e édition, rien que ça. J’étais devant le show de MBC, mais j’ai vite eu vent de deux choses, une bonne et une mauvaise. La bonne, c’était le nouveau coup d’éclat des Perfume, qui ont interprété Tokyo Girl sur le toit d’un gratte-ciel du quartier tokyoïte de Shibuya. La mauvaise, c’était l’épuisement en direct de plusieurs membres des Keyakizaka46, un groupe issu de la tristement célèbre galaxie AKB. Les faits tels qu’ils sont désormais connus sont les suivants : trois membres du groupe ont été prises d’hyperventilation à l’issue de leur interprétation du morceau Fukyouwaon, dont une s’est évanouie sous l’oeil des caméras, une brève séquence vue des centaines de milliers de fois sur YouTube. Contrairement aux premières informations diffusées par les médias japonais, aucune n’a été emmenée à l’hôpital, l’intervention d’un médecin sur place ayant suffi.

La chorégraphie de la chanson est intense, et les filles l’ont interprétée une fois et demi, comme le montre la vidéo de l’intégralité de leur apparition. Les photos prises dans les secondes qui ont suivi, comme celle choisie pour illustrer cet article, font peine à voir. Si l’ensemble du groupe, y compris les trois membres indisposées, a posé plus tard pour une photo publiée sur le compte Twitter officiel, des internautes se sont montrés inquiets et ont souhaité que le management permette aux filles de se reposer. Après le show de la NHK, elles n’étaient cependant pas encore libérées de leurs obligations, car une performance au Count Down TV Premier Live de la chaîne TBS les attendait. Et il n’est pas dit qu’elles soufflent dans les semaines à venir car trois dates ont été annoncées lundi pour la fin du mois au Nippon Budokan, les 30 et 31 janvier ainsi que le 1er février. Si vous avez traîné les pieds pour retourner au boulot, dites-vous que vous pourriez être à la place de ces filles, dont certaines ne sont pas même majeures. Dur.

Je sais, c’est un peu rude pour commencer l’année. Espérons que les mois à venir nous offriront plus de raisons de se réjouir que de s’arracher les cheveux. Au rayon des bonnes choses, si vous êtes insomniaques et que vous aimez la poudreuse, les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang ouvriront leurs portes le 9 février prochain, un événement à suivre à partir de 1 heure du matin sur France Télévisions, comme l’a annoncé récemment un spot décalé. Lors de son message de Nouvel an, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a laissé entendre que son pays pourrait envoyer une délégation chez son voisin du sud. Si un certain Donald Trump se tient tranquille d’ici-là, tout est possible. En attendant, je vous le redis : bonne année, bonne santé, et faites s’il-vous-plaît que je me motive à écrire des articles plus de trois mois par an. Merci d’avance !