En novembre 2016, YouTube a coupé le sifflet à un compte qui se présentait comme étant l’émanation directe de KCTV, alias Korean Central Television, la chaîne officielle nord-coréenne connue pour ses bulletins d’information. Vendredi, le site de partage de vidéos a fermé un nouveau compte prétendument lié au régime : Uriminzokkiri. Hébergé en Chine, le site du même nom est un relai de la propagande nord-coréenne et propose des contenus en coréen mais aussi en anglais, russe ou japonais. En 2010, l’agence Reuters le présentait comme étant « contrôlé en fin de compte de Pyongyang », la capitale nord-coréenne. Il se différencie des autres sites de propagande du régime de Kim Jong-un par sa présence sur les réseaux sociaux : Twitter, Google +, Tumblr, Flickr et même Pinterest hébergent chacun un compte lié au site. Ce n’était plus le cas de YouTube, qui l’a fermé « en raison du non-respect du Règlement de la communauté » avant de le rendre à nouveau accessible lundi.

Un second compte a été supprimé vendredi avant de réapparaître, dès le lendemain cette fois : StimmeKoreas. Créé en 2010 et fort de près de 40 000 abonnés, il se présente comme le numéro 1 de sa catégorie. Il propose en haute-définition des vidéos produites par les médias officiels nord-coréens, en version originale mais aussi en version doublée en anglais, espagnol ou russe. L’identité de son propriétaire n’est pas connue, mais il pourrait s’agir d’un soutien de la Corée du Nord vivant à l’étranger. Après la suppression des deux comptes par YouTube et avant leur réapparition, journalistes et spécialistes ont reproché au site de les priver d’outils précieux pour l’étude du régime nord-coréen et de son programme nucléaire et balistique.

Pourquoi supprimer des comptes sur la Corée du Nord ? La supposition en vogue est qu’ils pourraient rapporter de l’argent au pays grâce aux publicités, en violation des sanctions imposées par les Etats-Unis. Leur lien direct avec le régime reste cependant à prouver, et les spécialistes s’en trouvent quoi qu’il en soit fort ennuyés quand la sentence est définitive. Cet été, le site s’était déjà attiré les foudres des observateurs du conflit syrien, après la suppression inexpliquée de vidéos dont l’existence est primordiale pour documenter les atrocités commises sur place. Des comptes avaient été remis en ligne après protestation.

A noter que d’autres comptes diffusent la propagande nord-coréenne, comme celui-ci qui propose même de regarder KCTV en streaming. Samedi, à l’heure où j’écrivais ces lignes, il y a un spectacle de magie. Si le compte venait à sauter, sachez qu’un streaming de la chaîne est aussi disponible sur Ustream.