Mon projet pour ce blog n’était pas de l’alimenter régulièrement pendant un mois puis de le laisser à l’abandon, et pourtant, c’est ce qui s’est produit. Quand j’en écrirai l’histoire plus tard, il est clair qu’octobre 2016 sera conté comme le mois où tout a été possible, où l’enthousiasme de l’auteur de ces lignes a été tel qu’il s’est retrouvé consumé par lui. Le pire, c’est que le dernier article en date annonçait l’édition à venir du festival du film japonais à Paris, le Kinotayo, et que je n’ai même pas pris le temps d’y aller.

Maintenant que j’ai pointé l’éléphant dans la pièce histoire que tout le monde arrête de ne regarder que lui, un rapide résumé de ce qui s’est passé les neuf derniers mois : la Nintendo Switch est sortie trois jours avant mon anniversaire, j’ai donc fait exactement ce à quoi vous pensez, des groupes japonais, Niji no Conquistador et Necronomidol pour ne pas les nommer, sont passés à Paris et j’étais bien entendu de la partie, Choa a quitté AOA et Moga a quitté les Dempagumi.inc, le monde est sous la menace d’une guerre nucléaire à cause de Donald Trump et Kim Jong-un… Bref, il s’est passé bien des choses, et ça ne va pas en s’arrangeant. Même si je doute qu’il arrive quelque chose de pire que le départ inattendu des deux idols blondes susnommées.

Sauf à vous êtes tenus éloignés de l’intégralité des médias hier, ce qui n’est pas très sympathique car il y a bien un moment où ça m’ôte le pain de la bouche, vous savez que ce 4 septembre était le jour de la rentrée des classes. Il n’y a pas que les enfants aux cartables trop lourds qui remettent le couvert, mais aussi toute la vie culturelle qui fait le sel de nos vies, surtout pour les citadins. Et selon vous, que se passe-t-il du 2 au 20 novembre prochain à Paris ? Le festival Kinotayo, pardi ! La 12e édition déroulera ses pellicules au Club de l’étoile et à la Maison de la culture du Japon à Paris, ainsi que dans le Val-d’Oise, avant de partir à l’aventure dans dix villes de province jusqu’à février 2018. Les noms des réalisateurs invités seront annoncés le 19 septembre lors d’une conférence de presse. Deux films, dont un documentaire sur un groupe rattaché à l’empire AKB, ont déjà été annoncés.

Conférence de Presse le 19 septembre2017: annonce des réalisateurs présents lors de la 12° édition de Kinotayo.Voici l'affiche de cette 12° édition

Publié par Festival du cinéma japonais contemporain Kinotayo sur jeudi 24 août 2017

Un prélude au festival aura lieu le 12 septembre à la MCJP sous la forme d’une projection du film d’animation Dans un recoin de ce monde de Sunao Katabuchi, adaptation du manga du même nom de Fumiyo Kouno. Je recommande ce beau film vu en avant-première, qui raconte comment une jeune japonaise qui n’a pas choisi son mariage se prend l’horreur de la Deuxième guerre mondiale dans la figure, alors qu’elle se pensait tranquille dans sa campagne nippone. Si le film a ses moments déchirants, il réussit à être souvent drôle, en plus d’être joli visuellement. Les chanceux qui étaient au mk2 Bibliothèque lundi ont pu le voir en présence du réalisateur, lequel va animer une masterclass jeudi au Studio des Ursulines.

Autre événement majeur de la rentrée parisienne, le Festival du film coréen à Paris, 12e du nom lui aussi, aura lieu du 24 au 31 octobre, toujours au Publicis Cinémas sur les Champs-Elysées. L’année dernière, l’équipe avait un peu ramé face au nombre toujours plus importants de spectateurs, mais je suis sûr qu’elle saura faire face cette fois au succès acquis de l’événement, qui est rappelons-le amplement mérité. En attendant, les Dimanches en Corée reprennent avec une projection d’A Bittersweet Life de Kim Jee-woon le 17 septembre.

J-50 ! Découvrez l’affiche officielle du 12ème Festival du Film Coréen à Paris !C’est dans 50 jours exactement qu’aura…

Publié par Festival du Film Coréen à Paris (FFCP) sur lundi 4 septembre 2017

Un soir plus tôt, le 16 septembre, les Juice=Juice, l’un des nombreux groupes d’idols enfanté par le Hello!Project, passent à La Boule Noire. J’ai lamentablement manqué la mise en vente des places, ainsi que le geste de pitié des organisateurs qui ont proposé à la vente des places d’abord réservées à la presse ou à des invités face au succès de l’affaire. Heureusement, grâce à un ami témoin de mes plaintes répétées à ce sujet sur Twitter, j’ai pu me procurer une place d’occasion, désormais le seul moyen d’espérer entendre les tubes électro du groupe en live. Si vous refusez de vous approcher d’un groupe d’idols à moins d’un kilomètre ou tout simplement que vos goûts passent sans complexe de Kyary Pamyu Pamyu à Merzbow, Melt Banana passe au Batofar le 4 octobre.

Je pourrais aussi vous parler des expositions à venir au Musée Guimet et au Musée Cernuschi, des différents événements prévus à la MCJP, du Festival coréen sur le parvis de la mairie du 15e, des films asiatiques programmés à L’Etrange Festival… Pour un article où je voulais avant tout témoigner de mon existence, c’est déjà bien assez comme ça. Ce blog revenu à la vie ne manquera pas de vous tenir au courant de tout ce qu’il se passe, avant, après voire pendant, sans oublier le compte Twitter. Nous pouvons aussi nous y retrouver car c’est toujours plus marrant à plusieurs. Merci de m’avoir lu et bon courage pour la rentrée.