Infornography #5 : spécial JO d’hiver de Pyeongchang

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #PYEONGCHANG 2018 : peu avant le début des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, c’était le froid qui suscitait les inquiétudes des organisateurs. Désormais, c’est le vent. Les rafales venues de Sibérie obligent à reporter certaines épreuves, tandis que d’autres se tiennent malgré tout, occasionnant de nombreuses chutes comme lors de la finale féminine de slopestyle lundi, raconte Le Monde 🇫🇷.
  • #COREE DU NORD : pom-pom girls et officiels nord-coréens sont présents en Corée du Sud pour les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, mais qu’en savent leurs compatriotes restés au nord du 38e parallèle ? S’ils regardent la chaîne de télévision KCTV, pas grand chose. Dimanche, seules quelques images fixes du premier match de l’équipe inter-coréenne féminine de hockey sur glace ont été diffusées lors du journal télévisé, explique North Korea Tech 🇬🇧.
  • #PYEONGCHANG 2018 : la snowboardeuse américaine d’origine coréenne Chloe Kim s’est hissée lundi à la première place des qualifications de l’épreuve féminine de half pipe. « Selon moi, Chloe Kim est la meilleure rideuse de half pipe actuelle », déclare le rédacteur en chef du magazine Snowboarder Tom Monterosso au New York Times 🇬🇧. 🎥 de son premier run par 7Olympics 🇬🇧

  • #PYEONGCHANG 2018 : la patineuse américaine d’origine japonaise Mirai Nagasu a réalisé un triple axel lundi lors de la compétition par équipes, devenant ainsi la première américaine et la troisième femme à réussir cette figure dans l’histoire des Jeux olympiques, après les Japonaises Midori Ito et Mao Asada, précise France Info 🇫🇷. 🎥 du triple axel piquée à NBC Olympics 🇬🇧

Infornography #4 : spécial JO d’hiver de Pyeongchang

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #COREES : le 29 novembre 1987, le vol 858 de la compagnie aérienne Korean Air explosait au-dessus de la mer d’Andaman. 115 personnes ont péri dans cet acte terroriste ourdi par la Corée du Nord pour faire capoter les Jeux olympiques d’été de Séoul, prévus l’année suivante. La bombe à retardement qui a fait sauter l’avion a été déposée par l’espionne nord-coréenne Kim Hyon-hui. Aujourd’hui âgée de 56 ans, elle mène une vie normale en Corée du Sud, le pays qui l’a pardonnée, mais cette période de sa vie revient à sa mémoire à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, raconte le Washington Post 🇬🇧.
  • #PYEONGCHANG 2018 : alors que la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver, à suivre vendredi à 11h45 sur France 2, approche à grands pas, l’aventure commence mal pour certains. Plus de 1200 agents de sécurité, logés dans un centre pour jeunes de Pyeongchang, ont été remplacés après avoir été touchés par une épidémie de gastro-entérite. Les températures glaciales dans la ville sud-coréenne inquiètent également les organisateurs et font même grelotter les athlètes canadiens, explique l’agence AFP 🇫🇷.
  • #COREE DU NORD : Fred Warmbier, le père d’Otto Warmbier, l’étudiant américain libéré en très mauvaise santé par la Corée du Nord après avoir été condamné aux travaux forcés et décédé en juin 2017, accompagnera le vice-président américain Mike Pence à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, écrit le Washington Post 🇬🇧. Le vice-président profitera de son déplacement en Corée du Sud pour rappeler la nature tyrannique du régime nord-coréen, précise Axios 🇬🇧.
  • #COREES : le Nord-coréen Kim Yong-nam, président du présidium de l’Assemblée populaire suprême, se rendra en Corée du Sud pour la première fois de sa vie à partir de vendredi, jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, et jusqu’à dimanche. Il pourrait rencontrer le président sud-coréen Moon Jae-in, mais il reste à déterminer si une rencontre en tête-à-tête aura lieu, explique l’agence Yonhap 🇫🇷.

▶️ 30 ans après, la nouvelle jeunesse d’une chanson japonaise

Grâce à YouTube et aux remixes, les perles de la variété japonaise des années 1980 reviennent à nos oreilles.

Pour qui sait chercher, YouTube est une mine de morceaux et d’albums plus ou moins oubliés, dont la mise en ligne, certes illégale, participe à l’éducation musicale des uns et nourrit la nostalgie des autres. Une seconde vie s’offre aux titres les plus remarqués, surtout quand des as du remix s’en mêlent. Démonstration avec Mariya Takeuchi.

  • L’histoire : 6 millions de vues. Non, il ne s’agit pas du dernier clip d’un groupe à la mode, mais d’un morceau vieux de 34 ans, interprété par une chanteuse japonaise aujourd’hui sexagénaire, Mariya Takeuchi. En 1984, le label Moon Records publiait Variety, déjà son sixième album, dans lequel se trouvait une chanson douce-amère sur une femme déçue par l’amour et qui noie son chagrin dans les clubs et les relations sans lendemain : Plastic Love. Et voilà que trois décennies plus tard, un fan anonyme lui offre une seconde jeunesse en la mettant en ligne sur YouTube, le 5 juillet 2017. 6 mois plus tard, elle a récolté autant de millions de vues (la vidéo en tête de ce post est la version album de la chanson).
  • Les réactions : sous la vidéo, les commentaires positifs sont nombreux. Des internautes expliquent que YouTube leur a suggéré la vidéo et qu’ils ont cliqué à force de voir la miniature, une photo de Mariya Takeuchi alors âgée d’à peine 20 ans, qui apparaissait sur la pochette du single Sweetest Music en 1980. « J’ai écouté cette chanson pour la première fois quand YouTube me l’a recommandée il y a 4 mois. Je l’écoute toujours aujourd’hui », écrit l’un d’eux. « Quelle merveilleuse chose sur laquelle tomber au hasard », s’émerveille une autre. Si leur fonctionnement est aujourd’hui parfois interrogé, les algorithmes peuvent aussi faire de belles choses, la preuve avec cette découverte qui en a enchanté plus d’un.
  • Le remix : les errances de Mariya Takeuchi dans la nuit japonaise étaient en vérité déjà connues de YouTube avant l’été 2017. En mars 2016, un remix a été publié sur le compte Artzie Music, où la nostalgie de la variété japonaise d’il y a quelques décennies rejoint celle de l’animation japonaise pré-2000. Plus dynamique que la version originale, le remix est l’oeuvre d’un Sud-Coréen qui se fait appeler Night Tempo. Il est également disponible sur Bandcamp, au sein d’une compilation de morceaux d’abord publiés sur Soundcloud. La vidéo d’Artzie Music plaque sur le remix une scène de la série d’animation Sailor Moon.

  • En bonus : Plastic Love interprétée en live, une version présente sur l’album Souvenir, sorti en 2000.

Infornography #3 : JO d’hiver, Nintendo Labo et #MeToo en Chine

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #COREE DU SUD : dix athlètes nord-coréens sont arrivés jeudi en Corée du Sud à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, dont la cérémonie d’ouverture est prévue le vendredi 9 février 2018. La délégation comptait trois skieurs alpins, trois skieurs de fond, deux patineurs artistiques et deux patineurs de short-track. Ils rejoignent 12 hockeyeuses nord-coréennes déjà sur place pour former une équipe commune avec leurs homologues sud-coréennes, rapporte l’agence Yonhap 🇫🇷 (en anglais).

  • #JEUX VIDEO : que vaut Nintendo Labo, le nouveau concept qui mêle carton et jeux vidéo ? Avec une Switch et des morceaux de carton, vous pouvez réveiller l’enfant fan de LEGO qui sommeillait en vous, bien que les mini-jeux soient encore un peu légers. L’intérêt revient quand le concept s’ouvre à l’expérimentation, avance Waypoint 🇬🇧.

  • #CHINE : le mouvement #MeToo né de la révélation de l’affaire Weinstein a bien atteint la Chine, où, malgré la censure et l’intimidation, des femmes s’organisent en dehors des réseaux du Parti communiste chinois pour dénoncer les inégalités entre hommes et femmes et le harcèlement dans les universités ou au travail. Ces militantes « ont développé un niveau d’influence sur l’opinion publique peu commun pour un mouvement social en Chine », écrit Leta Hong Fincher, autrice de Betraying Big Brother: The Feminist Awakening in China (Verso, 2018) chez NPR 🇬🇧.
  • #K-POP : le nouveau clip de BoA, Nega Dola, single digital sorti le 31 janvier 2018, a été mis en ligne par SM Entertainment 🇰🇷.

La mise en vente des places pour le concert d’Angerme perturbée par un bug

Un « gros bug » sur le site de Weezevent, comme l’a dit l’organisateur du concert, a poussé des acheteurs à se retrouver avec deux places payées un total de 120 euros.

Les places pour le concert du groupe d’idols japonaises Angerme, prévu le 3 juin 2018 à La Cigale, sont en vente depuis 20 heures mercredi. Un bug du site Weezevent, qui ne permettait pas de choisir zéro place, a poussé des acheteurs à se retrouver avec un ticket premium et un ticket standard.

  • Ce qu’il faut savoir : deux offres sont disponibles pour assister au concert. La première à 40€, la seconde à 80€ avec une session serrage de main avec les filles en bonus. Problème, à 20 heures, Weezevent ne permettait pas de ne prendre aucun ticket de l’une ou l’autre offre, forçant les acheteurs les plus pressés à dépenser 120 euros pour être sûrs d’avoir leur précieux sésame. Au bout de quelques minutes, les tickets premium ont été épuisés et les standard ont donc pu être achetées individuellement.
  • Les conséquences : premièrement, des acheteurs ont dépensé 120 euros pour avoir la place qu’ils désiraient, et se sont retrouvés avec une place en trop. Ensuite, des personnes qui voulaient un ticket premium mais étaient légitimement étonnées de devoir payer 120 euros ont attendu… suffisamment longtemps pour qu’ils soient épuisés.
  • La suite : L’organisateur du concert, 33 Degrees, a publié un message sur l’event Facebook, environ 45 minutes après le début de la mise en vente. « Chers tous, Il y a eu un gros bug sur le site de Weezevent. Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée. Si vous êtes dans le cas où vous avez dû commander 1 premium + 1 standard, merci de nous le signaler par email : angerme@33degrees.eu », disait le message. Il est probable que des places premium refassent leur apparition, surveiller le site jeudi n’est donc pas une mauvaise idée. Des places standard sont par ailleurs toujours disponibles.

  • Mes deux centimes : si Angerme est le mélange de deux mots français, ange et larme, c’est plutôt l’anger (« colère ») qui dominait mercredi soir. Bon courage à 33 Degrees qui n’est très probablement pour rien dans ce bazar. De mon côté, je ne visais qu’une place standard et j’ai donc pu l’avoir.

Infornography #2 : ambassadeur, harcèlement et Tepco

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #COREE DU SUD : l’homme qui devait être nommé par la Maison Blanche ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud ne le sera finalement pas. Victor D. Cha, ancien membre de l’administration de George W. Bush, avait participé aux pourparlers à six consécutifs au retrait de la Corée du Nord du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. L’abandon de sa nomination, pourtant validée par la Corée du Sud, pourrait s’expliquer par les doutes émis par l’intéressé sur la politique nord-coréenne de l’administration de Donald Trump, révèle le Washington Post 🇬🇧.

    L’information est reprise par les médias sud-coréens, tweete la correspondante du Washington Post au Japon Anna Fifield 🇬🇧.

  • #COREE DU SUD : #MeToo, en Asie aussi ? Une femme procureur général a témoigné lundi sur la chaîne JTBC du harcèlement subi en 2010 lors d’un enterrement de la part d’Ahn Tae-geun, un ex-officiel du ministère de la Justice. Seo Ji-hyun raconte que celui-ci l’a touchée alors qu’il était saoul sous les yeux du ministre de la Justice et d’autres officiels, qui n’ont pas réagi. A la suite de son témoignage, le ministère de la Justice a annoncé une enquête et plusieurs partis politiques lui ont apporté leur soutien, écrit le Korea Herald 🇬🇧.

  • #JAPON : en août 2002, la société qui exploite la centrale nucléaire de Fukushima, TEPCO, a dit non à une proposition de simulation visant à déterminer les conséquences d’un énorme tsunami frappant une centrale, neuf ans avant la catastrophe du mois de mars 2011. L’information a été révélée mardi dans le cadre d’un procès intenté par des déplacés. L’homme qui a fourni le témoignage, un ex-officiel de l’ancêtre de l’actuelle Autorité de régulation nucléaire, note cependant que le refus de TEPCO n’était pas déraisonnable compte tenu des informations alors disponibles sur le risque qu’une telle catastrophe se produise, précise le Japan Times 🇬🇧.
  • #J-POP : si vous n’y connaissez rien aux monnaies virtuelles, les Kasotsuka Shojo (Virtual Currency Girls en anglais) peuvent vous aider à vous y retrouver. Chacune des membres de ce nouveau groupe de J-POP représente l’une de ces monnaies, comme le bitcoin ou la MonaCoin, rapportent la BBC 🇬🇧 et l’agence AFP 🇫🇷.

  • #JAPON : des morceaux de piano de compositeurs classiques ainsi que des morceaux de musique d’ambiance sont diffusés sur la ligne Hibiya du métro de Tokyo dans le cadre d’un test qui pourrait être élargi si l’initiative est bien accueillie par le public, rapporte le Japan Times 🇬🇧.

Older Posts