Isao Takahata, réalisateur et cofondateur du studio Ghibli, est mort à 82 ans

Une page d’histoire de l’animation japonaise se tourne avec le décès du réalisateur du Tombeau des lucioles.

Le co-fondateur du stugio Ghibli souffrait de problèmes cardiaques.

  • L’actualité : le réalisateur de films d’animation Isao Takahata, connu pour des chefs d’oeuvre comme Le tombeau des lucioles et Le conte de la princesse Kaguya, son dernier long-métrage, s’est éteint ce jeudi dans un hôpital de Tokyo à l’âge de 82 ans, une triste nouvelle confirmée par la NHK. Selon les premières informations dévoilées ce soir, il souffrait de problèmes cardiaques depuis l’été dernier. Le réalisateur né en 1935 avait cofondé le studio Ghibli avec Hayao Miyazaki en 1985. Le monde de l’animation a perdu un grand homme, qui a fait naître tant d’émotions dans le coeur des spectateurs.
    🔗 Anime News Network 🇬🇧, NHK, Yahoo! Japan 🇯🇵

  • Mes deux centimes : j’ai eu l’occasion de voir Isao Takahata en chair et en os en juin 2014 au cinéma Comoedia, à Lyon, à l’occasion d’une avant-première du superbe Conte de la princesse Kaguya. J’ai enregistré la séance de questions-réponses mais je ne l’ai jamais retranscrite. Je le ferai si je trouve le temps ces jours-ci.

Infornography #8 : Nolife, concert intercoréen et #MeToo

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #MEDIAS : cette fois, c’est un point final. La nouvelle a fait naître le doute chez certains dimanche soir, et pour cause : c’était le 1er avril. Et pourtant, après avoir tenu 11 années malgré des galères à répétition, la chaîne Nolife cessera bien d’émettre dimanche. L’annonce a été faite par son président, Sébastien Ruchet, dans un dernier point sur Nolife, cette rubrique où il évoquait sans fard les difficultés financières de la chaîne. Le service de VOD Noco, qui proposait l’intégralité des archives de Nolife, va lui aussi fermer ses portes. La dernière semaine de diffusion de la chaîne de l’animation japonaise et du manga, de la J-POP, des jeux vidéo, des jeux de rôle et j’en passe, est déjà celle des vieux amis et des hommages. Avant, sans doute, un enterrement festif digne de ce nom, mais pas au Kawaii Café s’il vous plaît, j’ai déjà réservé ce week-end, enfin, peut-être si on se pousse, faut voir…
    🔗 Le Monde, Noco 🇫🇷

  • #COREE DU NORD : après l’équipe intercoréenne féminine de hockey sur glace aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, les deux Corées continuent de se donner la main. Chanteurs et musiciens des deux côtés du 38e parallèle étaient sur la même scène ce mardi à Pyongyang, en Corée du Nord. La délégation sud-coréenne comptait des stars comme Seohyun des Girls Generation, et le groupe Red Velvet. La première a chanté une chanson nord-coréenne, et les secondes ont interprété leur morceau Red Flavor. Dimanche, les artistes sud-coréens s’étaient produits seuls à Pyongyang, sous les yeux du leader Kim Jong-un, qui est descendu serrer la main des membres de la délégation, comme l’a montré un bulletin d’information local.
    🔗 NK News 🇬🇧

  • #JAPON : le mouvement #MeToo a-t-il fait tâche d’huile au Japon ? Pas vraiment, comme je vous en avais déjà parlé. Une situation qui attire paradoxalement l’attention des médias. C’est ainsi que le récit de la journaliste Shiori Ito, qui accuse un ancien journaliste de télévision de l’avoir droguée et violée en 2015, a fait le tour du monde. Et avec lui, celui d’autres femmes qui, à défaut d’être entendues dans leur pays, trouvent une oreille attentive parmi les journalistes à l’étranger.
    🔗 AFP/La Croix 🇫🇷

  • #J-POP : je n’y croyais qu’à moitié au début, mais oui, le nouveau single des Juice=Juice s’intitule Sexy Sexy, et en voici le clip, publié lundi sur YouTube. Si l’on est loin du clip de K-POP moyen, les filles investissent par petites touches un répertoire dansant assez éloigné de leurs habitudes. Si le morceau vous plaît, sachez que le single sort le 18 avril, avec ou sans DVD.
    🔗 Hello!Project 🇯🇵

▶️ Quand les idols font du rap

Si vous avez peur de ce titre, vous avez tort.

Plein d’idols participent au projet E Ticket Rap Show, dont les maîtres mots sont le fun et la fraîcheur. La deuxième compilation sort le 4 avril.

  • Ce qu’il faut savoir : disons-le tout net, la vérité est que je ne sais pas grand chose. Qui est derrière le projet E Ticket Rap Show ? Sans doute un certain Yuichi Kuwashima, d’après ce que veut bien me laisser comprendre sa page Wikipédia en japonais. L’homme produit sous le nom d’E Ticket Production des morceaux de rap très sympathiques interprétés par des idols, le tout sorti sous l’étiquette d’Idol Newsing, un label responsable de disques et de DVDs. Je n’en sais pas plus, mais l’essentiel est ailleurs : la compilation E Ticket Rap Show 2 sort le 4 avril et je vous invite à y jeter une oreille si vous aimez les beats seyants, la bonne humeur et les idols qui rappent. Deux versions seront disponibles, dont une avec un photobook. Les morceaux au programme sont tirés des deux EP Illninal sortis entre les deux compilations, auxquels s’ajoute un inédit, Right Now, chanté avec conviction par Mizuha du groupe Sakura Ebis, et dont la vidéo est en tête de ce post.
  • Les chansons : avouez que ça bouge bien, non ? Pas de chorégraphie millimétrée ici, l’heure est au fun. La première compilation E Ticket Rap Show, sortie le 10 janvier 2017 (et disponible sur iTunes pour 11€99), s’ouvrait et se fermait sur deux morceaux du même tonneau interprété par Rinne Yoshida. Ils étaient sobrement intitulés Rinne Rap et Rinne Rap 2. Des titres entraînants avec un instrumental old-scool du type qu’on n’entend plus dans le rap d’aujourd’hui, et une idol contente d’être là. Parfait pour donner la pêche.

    Il y avait aussi Fiar Liar, le morceau bruyamment réjouissant interprété par Shiina Pikarin, qui a sorti pour les besoins du clip un look mignon-destroy d’idol en voie de craquage public.

    Plus surprenant, la première compilation castait également Nagi Nemoto, la membre des Niji no Conquistador, plus habituée à sautiller sur les morceaux survoltés du groupe qu’à accompagner un instrumental mélancolique comme c’est le cas avec Outloud. Le clip montre une Nagi à grosses lunettes habillée à la « je m’en fous » qui passe son temps à le trouver très long, enfermée dans son salon. Le morceau lui est une belle réussite grâce à ses quelques notes de piano et ses nappes tristes.

    Les autres morceaux d’E Ticket Rap Show première du nom étaient tout aussi agréables, notamment celui de Younapi de You’ll Melt More. Quelques mois plus tard, en septembre et novembre, sont sortis deux EP, Illnilal vol.1 et 2. Même style, même principe, même qualité. Comme dit plus haut, si vous ne les avez pas, attendez E Ticket Rap Show 2 qui les rassemble, ce sera très bien. Vous y découvrirez mon morceau favori, Hanabi, rappé par les filles de Summer Rocket. Un cocktail entraînant et positif comme E Ticket Production sait bien les faire.

    Autre morceau notable dans ces deux EPs, Wonderful World, murmuré par la gravure idol Hikaru Aoyama. La musique est à ranger dans la même catégorie que le morceau de Nagi Nemoto, et c’est tout aussi réussi. Le clip en revanche convoque plus de clichés que d’habitude : décor scolaire, uniforme, flirt lesbien… Au moins, Hikaru Aoyama garde ses vêtements, même si ça n’est pas passé loin. N’y voyez aucune animosité vis-à-vis de son coeur de métier, mais pour moi le project E Ticket Rap Show est en grande partie appréciable pour ce qu’il offre de détente aux idols, autorisée pour une fois à enfiler des sweats trop grands sans se soucier de répondre aux fantasmes de leur public. C’est néanmoins ma seule critique car le project E Ticket Rap Show est enthousiasmant, rafraîchissant et mérite votre intérêt.

Kim Jong-un est-il en visite en Chine ?

Kim Jong-un, qui n’a jamais quitté la Corée du Nord pour rencontrer un dirigeant étranger, a réservé cet honneur à son voisin chinois.

Les médias chinois ont confirmé ce mercredi que le leader nord-coréen Kim Jong-un a rendu visite à son homologue Xi Jinping à Pékin. Mis à jour le 28 mars.

  • La mise à jour : les médias japonais avaient vu juste. C’est bien Kim Jong-un et sa femme Ri Sol-ju qui étaient à bord du train vert olive vu lundi à Pékin. La visite du dirigeant nord-coréen, sa première à l’étranger en tant que dirigeant, a été officialisée ce mercredi par les médias chinois, après son retour à Pyongyang. Avec sa femme, le président chinois Xi Jinping a donné un banquet en l’honneur de Kim Jong-un, qui s’est prononcé pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Ce déplacement à Pékin n’est que le début de la tournée diplomatique de Kim Jong-un. Il reste à savoir s’il quittera à nouveau la Corée du Nord pour honorer ces rencontres, notamment celle avec le président américain Donald Trump.

  • L’actualité : ce serait sa première visite à l’étranger depuis sa prise de pouvoir, en 2011. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un serait actuellement à Pékin, ont indiqué trois sources à Bloomberg. Des médias japonais ont rapporté différents détails qui indiquent qu’un haut dignitaire du régime nord-coréen se trouve en Chine. Ils affirment notamment qu’un train ressemblant à celui utilisé en 2011 par le défunt Kim Jong-il pour se rendre en Chine a été aperçu à Pékin. Pour l’heure, aucune source officielle chinoise ou sud-coréenne n’a confirmé la présence de Kim Jong-un sur le sol chinois. Des vidéos non-vérifiées montrent par ailleurs un cortège d’automobiles circuler dans les rues de Pékin.

  • Le background : Kim Jong-un est censé rencontrer plusieurs dirigeants étrangers dans les mois qui viennent : le président sud-coréen Moon Jae-in, le président des Etats-Unis Donald Trump et, peut-être, le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Une rencontre avec des dirigeants chinois, s’il est confirmé que Kim Jong-un est bien à Pékin, n’était en revanche pas officiellement prévue au programme.

▶️ La team Kim tourne dans des publicités pour des aspirateurs

Les deux spots pour trois modèles d’aspirateurs de marque LG capturent tout ce qui a séduit les Sud-Coréens qui ont vibré pour leur équipe féminine de curling.

Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang ont pris fin, mais la belle aventure de l’équipe féminine sud-coréenne de curling, qui s’est achevée en finale, est encore dans toutes les têtes. Et les grandes marques surfent sur l’engouement inattendu pour ce sport auparavant condamné à la confidentialité.

  • Le background : pourquoi la team Kim a-t-elle enflammé la Corée du Sud ? Les raisons sont nombreuses. Une série de victoires qui a surpris pour une équipe qui n’avait obtenu qu’une huitième place aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en 2014. Le visage imperturbable de la skip, Kim Eun-jung, toujours concentrée derrière ses lunettes quel que soit l’enjeu. Les appels incessants de la même skip envers sa coéquipière Kim Yeong-mi pour lui indiquer si elle doit balayer ou non. Les surnoms des joueuses, Pancake, Steak ou encore Sunny, tirés de leurs plats préférés et qui aident à les différencier car toutes les cinq s’appellent Kim. Leur village d’origine, Uiseong, dont quatre d’entre elles ont fréquenté le même lycée et qui leur a valu le surnom de Garlic Girls en raison de la production d’ail locale. Et enfin, la meilleure des raisons : elles étaient chez elles. Défaites par les Suédoises en finale, les Sud-Coréennes étaient déjà devenues des célébrités, et les marques étaient sur les rangs pour leur faire signer des contrats publicitaires. Que peuvent bien vendre des joueuses de curling ? Des robots-aspirateurs bien sûr !

  • L’actualité : soudain passionnés par le curling, des Sud-Coréens se sont amusés à reproduire le sport dans leur salon avec… un robot-aspirateur et un balai. L’analogie était là. Il n’en fallait pas plus pour que les fabricants locaux se montrent intéressés par un contrat avec la team Kim. Le 24 février, le Korea Herald écrivait que LG Electronics hésitait à franchir le pas. C’est pourtant bien LG qui a dégainé un premier spot le 16 mars, visible en tête de ce post. Mis en ligne sur YouTube, il alterne les scènes où les filles jouent au curling et où une femme utilise plusieurs modèles de la marque, dont un robot-aspirateur. Les fans reconnaîtront l’inévitable « Yeong-mi ! » lancé par Kim Eun-jung pendant les rencontres. C’est d’ailleurs comme ça que commence le second spot, mis en ligne mardi sur YouTube. Plus amusant, il montre Kim Yeong-mi utiliser l’aspirateur Cord Zero A9, et Kim Eun-jung manger une banane, comme elle le faisait parfois aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang.

  • La suite : côté publicité, la team Kim a également signé un contrat avec la division alimentaire du groupe Lotte, pour promouvoir son jambon à l’ail de Uiseong. Côté sport, l’équipe est actuellement engagée dans les championnats du monde féminins qui se tiennent à North Bay, au Canada, jusqu’à dimanche. Les Sud-Coréennes sont troisième au classement et vont disputer ce soir un match qui aura un goût de revanche pour leurs adversaires. Elles retrouvent en effet les Japonaises, vaincues en demi-finale du tournoi olympique. Si votre vendredi est libre, la rencontre est à suivre en streaming sur YouTube à partir de minuit, heure française.

Infornography #7 : spécial #MeToo en Corée du Sud et au Japon

Le résumé de la journée directement sur votre Navi.
  • #COREE DU SUD : acteurs, réalisateurs, auteurs de théâtre, poètes… En Corée du Sud, le monde de la culture a été secoué ces dernières semaines par des accusations de harcèlement et d’agressions sexuelles. Des hommes visés ont quitté leurs fonctions et certains ont même reconnu avoir commis les actes qui leur sont imputés. Dans un quartier de Séoul, dimanche 25 février, 300 fans de théâtre et de comédies musicales se sont rassemblés pour témoigner leur soutien aux victimes. Un sentiment partagé par le président sud-coréen Moon Jae-in, qui a encouragé les autorités à enquêter scrupuleusement quand des accusations sont portées à leur connaissance.
    🔗 Yonhap 🇬🇧
  • #JAPON : accuser une personnalité de harcèlement ou d’agression sexuelle ajoute aux difficultés déjà rencontrées par les plaignantes qui dénoncent des inconnus le risque d’être traînée dans la boue par bien plus de personnes et de subir la pression de milieux où l’on préfère taire ces faits. Les rares Japonaises qui ont accusé des hommes plus ou moins célèbres ou simplement raconté les agressions subies au cours de leur vie en ont fait les frais. C’est le cas de la journaliste Shiori Ito, qui accuse un présentateur de télévision aux relations influentes de l’avoir violée. Les autres femmes critiquent elles aussi celles qui osent parler, car le Japon manque d’une vraie « solidarité féminine », avance la professeure de sciences politiques Mari Miura.
    🔗 Associated Press 🇬🇧
  • #COREE DU SUD : elle explique que le mouvement #MeToo l’a encouragée à parler. Lundi, Kim Ji-eun, l’ex-secrétaire du gouverneur de la province du Chungcheong du Sud, Ahn Hee-jung, l’a accusé lors d’une émission de télévision de la chaîne JTBC de harcèlement sexuel et de viol. Elle affirme que le gouverneur s’en est pris à elle à plusieurs reprises, notamment lors de déplacements à l’étranger, et ce jusqu’au mois dernier. Le gouverneur a répondu en disant qu’il avait eu des relations sexuelles avec son ex-secrétaire mais qu’elles étaient consenties. Par ailleurs, le jour de l’apparition de Kim Ji-eun à la télévision, il a affirmé son soutien au mouvement #MeToo lors d’un événement.
    🔗 The Korea Herald 🇬🇧
  • #COREE DU SUD : il ne restait plus beaucoup de professeurs la semaine dernière dans le département théâtre et arts visuels de l’université privée de Myongji, à Séoul. Seules deux femmes étaient encore en poste, ce qui a entraîné l’annulation des cours. Quatre professeurs masculins ont en effet été relevés de leurs fonctions sur la base d’accusations formulées par des élèves. L’un des enseignants est accusé d’avoir obligé les étudiantes à lui faire des massages dans les locaux de l’établissement. Un autre, professeur honoraire et acteur, a été accusé par une actrice de l’avoir embrassée de force dans un taxi. Le ministère de l’Education mène désormais une enquête.
    🔗 The Korea Herald 🇬🇧
Older Posts